Comment Aider ?

Share Button

EN CONSTRUCTION permanente

Protocoles pour les familles confrontées à la justice et aux réseaux pédophiles: lire les articles dans la catégorie Protocole défensif

aide-directeAide directe aux victimes et aux familles : https://pedopolis.com/category/combattre-la-pedocriminalite/aide-directe/

Exemples de moyens d’action: https://pedopolis.com/category/combattre-la-pedocriminalite/

Archive de « comment aider » sur Pedopolis V1:  https://web.archive.org/web/20130508122720/http://www.pedopolis.com/pages/comment-aider/

3 réflexions sur “ Comment Aider ? ”

  1. Je tiens à vous soumettre une information plus que probable concernant l’origine d’une chanson populaire de Gilles Vigneault généralement considérée comme l’hymne national de fait du Québec (en attendant son indépendance qui ne se fait pas) : « Gens du Pays ». La chanson serait en fait l’oeuvre de Charles Trenet, sur la même mélodie, mais avec des paroles à la gloire des amours pédophiles de l’auteur. La chanson de Trenet est elle-même manifestement une traduction d’une chanson marocaine assez traditionnelle inspirée par les amours du prophète Mohammed pour sa favorite Aïcha.

    Hymne au Québec
    paroles et mélodie de Charles Trenet (1955)
    traduites d’une vieille chanson marocaine
    arrangement musical de Gilles Vigneault (1975)
    plus connu sous le titre de “Gens du Pays”
    (version non édulcorée par Gilles Vigneault)

    Tu n’as que six ans, moi j’en ai cinquante
    Et tu me fais don de tes plus beaux jours
    Les voeux que je fais, les airs que je chante
    Je les récolte et les replante
    Dans ton jardin aux joncs si courts.

    Chère « A’icha, c’est à ton tour
    De te laisser parler d’amour;
    Tendre « A’icha, c’est à ton tour
    De te laisser faire l’amour.

     Ton coeur trop tremblant 
          pour oser le dire
    Fond comme la neige 
          au doigt que je tends
    Je remplis de pleurs, j’éclate de rire
    Tes yeux où mon regard se mire
    Et me ramène à mes vingt ans.

    Ma chère enfant, c’est à ton tour
    De te laisser parler d’amour,
    Ma tendre enfant, c’est à ton tour
    De te laisser faire l’amour.

     À ton baldaquin, pour tout candélabre
    La lune suspend son plus beau croissant.
    Mais ce n’est pas pour …
    le poète glabre :
    C’est l’éclair argenté du sabre
    Duquel je viens … 
    te caressant!

    Mon doux minou, c’est à ton tour
    De te laisser parler d’amour;
    Sur mes genoux, c’est à ton tour
    De te laisser faire l’amour.

     
    J’ai mis en morceaux ta belle poupée :
    Ce n’est plus le temps de tes jeux d’enfant.
    Je vais te tenir bien mieux occupée
    À faire accueil à mon épée
    Qui te corrige et te défend.

    Chatte en émoi, c’est à ton tour
    De te laisser parler d’amour,
    Ma chatte en moi, c’est à ton tour
    De te laisser faire l’amour

     Ton champ dont les fleurs
    Sont à peine écloses
    S’offre en sacrifice à mon grand labour
    Mon chant dont les cris
    Vont broyant tes roses
    Frappe à la peau de ton tambour

    Prairie en fleurs, c’est à ton tour
    De te laisser parler d’amour;
    Fontaine en pleurs, c’est à ton tour
    De te laisser faire l’amour.

     J’ai jeté au feu ton luth à six cordes
    C’est un instrument venu de l’enfer
    Quand du mal que fait ton coeur tu débordes
    Je veux ton corps que tu accordes
    Comme une viole à mon geyser!

    Ma vie à moi, c’est à ton tour
    De te laisser parler d’amour;
    Envie à moi, c’est à ton tour
    De te laisser faire l’amour.

     Le ruisseau d’amour que je fais descendre
    Grondera en toi de la voix de Dieu;
    Et la tienne aura les bons mots pour rendre
    La mienne à faire bien entendre
    Au monde entier de ton haut lieu!

    Mon doux génie, c’est à ton tour
    De te laisser parler d’amour;
    Ma symphonie, c’est à ton tour
    De te laisser faire l’amour.

     Le ruisseau des jours aujourd’hui s’arrête
    En notre pays au destin spécial,
    Comme en un étang dont le bruit s’apprête
    À nous convier tous à la fête
    D’un nouvel ordre mondial

    Gens du pays, c’est votre tour
    De vous laisser parler d’amour;
    Gens de partout, c’est votre tour
    De vous laisser faire l’amour.

     Au petit matin rouge de cinabre
    La lune suspend son plus beau croissant;
    Mais ce n’est pas pour le poète glabre…
    C’est ton portail que fend mon sabre
    Brillant au nom du Tout-Puissant.

     Gens de chez nous, c’est votre tour
    De vous laisser parler d’amour;
    Tous à genoux, c’est votre tour
    De vous laisser faire l’amour 

    1. Avez-vous encore, maintenant que votre site est de retour sur la toile après une longue absence, le long article beaucoup plus détaillé sur le même sujet qui y figurait sous un autre nom d’auteur (Geneviève Dechêne)?

Laisser un commentaire