Archives pour la catégorie Réseau d’Angers

Reportage France 2, Faites entrer l'accusé Le Réseau Pédophile d’Angers

Share Button

Faites entrer l’accusé

Saison 9 – Épisode n°8

Diffusé les 20 janvier 2009 et 19 septembre 2010

Le réseau pédophile d’Angers est, à ce jour, la plus importante affaire du genre jugée en France. Elle débute en février 2002 lorsque Margot, une mère célibataire de 32 ans, fait une révélation à la brigade des mineurs d’Angers. Son ex-compagnon, Eric, déjà condamné en 1997 pour attouchement sur mineur, évoquait des actes pédophiles sur une certaine Marine, âgée de 5 ans. Très vite, l’enquête révèle que Marine est l’une des victimes d’un vaste réseau pédophile. Le commandant Fabienne Lopéo, chef d’enquête à la brigade des mineurs d’Angers, le brigadier Catherine Mercier et le brigadier en chef Philippe Pérez reviennent sur les moments clefs de cette enquête colossale. De nombreux accusés leur ont parlé d’hommes cagoulés. Pourra-t-on un jour les confondre ? Au final, 63 des 66 accusés sont condamnés à un total de 517 années de prison.

Suite ...

Extrait / Faites entrer l'accusé Les notables cagoulés du réseau d’Angers

Share Button

http://www.youtube.com/watch?v=8sZoEt7PW8A

Suite ...

L'Humanité Angers: Derrière les bourreaux, un réseau

Share Button
La cour d’assise d’Angers a condamné à seize et douze ans de prison les parents proxénètes de leurs quatre filles.Seize ans de prison pour la mère tortionnaire, quarante-trois ans, incestueuse et proxénète de ses filles, douze ans pour le père, quarante et un ans, bourreau violeur de ses enfants. La cour d’assises d’Angers (Maine-et-Loire) n’a eu aucune indulgence pour le couple L., dont le sadisme a transformé l’enfance de leurs quatre filles en un enfer quotidien, pendant plus de onze ans : coups et blessures, humiliations, dénutrition, privation des soins les plus élémentaires, viols dès l’âge de cinq ans. L’horreur se lisait sur le visage des jurés tout au long des trois jours de ce procès, jugé en la seule présence des journalistes. Comment ces gamines ont-elles pu survivre, régulièrement battues, sommées de rester des dizaines d’heures debout mains sur la tête, jetées presque nues dans le jardin, la nuit en plein hiver ? Des enfants objets de la perversion de leurs parents, et des désirs des  » clients « . Au su de tout le village, près de Cholet. Plusieurs témoins confirment la rumeur selon laquelle les filles L.,  » on pouvait se les faire « . Et pourtant le martyr des enfants s’est éternisé de 1986 à 1997, sans qu’aucun signalement n’aboutisse. Procès étouffant. Le président Vermorel répète :  » Nous sommes là pour juger ceux-là et rien d’autre. « . Mais le couple L. paraît bien seul dans le box. Où sont les clients, violeurs de mineures de moins de quinze ans ? Claquement de talons, salut militaire, le gradé de la gendarmerie, H., soutient à la barre qu’il n’a rien vu et que Caroline (1), l’aînée des victimes, affabule. Caroline se lève :  » Il ment ! « . Le gendarme H. est accusé par Caroline d’être le protecteur du réseau de prostitution. Or c’est lui qui  » s’occupait  » de l’enquête. De tous les clients dénoncés par les victimes, seul l’un d’eux attend d’être jugé. En correctionnelle, car ses viols ont été décriminalisés. Caroline est l’une des enfants identifiés sur le cédérom pédosexuel trouvé à Zandvoort (Hollande), dont nous avions révélé l’existence. Elle y a reconnu cinq autres mineurs de la région. Quel est le lien entre le Maine-et-Loire et la Hollande ? Cela aurait dû être établi par la juge Ringot qui instruit l’affaire du cédérom, à Paris. Le procès d’Angers, prévu en 2000, a même été repoussé pour cette raison.  » J’ai écrit plusieurs fois au juge Ringot, mais elle n’a jamais répondu « , proteste Me Salquain, avocat de la mère. Pourquoi ce blocage ? Pourquoi l’instruction, à Angers, a-t-elle réduit le dossier à une affaire de parents maltraitants et de proxénétisme sans client ? Le verdict aurait pu être plus lourd si Caroline n’avait demandé l’indulgence du jury :  » Ce sont mes parents, je les aime.  » Pour Jean Claude Disses, l’avocat de Caroline,  » justice a été rendue aux victimes, mais l’essentiel, le réseau, n’a pas été jugé « . Fait significatif, l’avocat général Rudy a fait immédiatement appel, afin que le futur procès soit aussi celui du réseau.

Serge Garde

*L’identité de la victime a été modifiée.

Source: http://www.humanite.fr/node/255697

Suite ...