Archives pour la catégorie (1996) Affaire du juge Borrel

Un juge français assassiné à Djibouti

Greffier Noir Meurtre de Bernard Borrel: des scellés ont été détruits par inadvertance

Share Button

La veuve du juge a été reçue par le procureur de Paris.

Selon BFM-TV (12/11/2015), des scellés importants de l’affaire Bernard Borrel ont été détruits par inadvertance. Les investigations récemment ordonnées par la Cour d’appel de Paris, entre autre des analyses ADN et papillaires sur un short et un briquet retrouvés sur les lieux du crime en 1995, ne pourront être réalisées.

Suite ...

Bruno Mercier La Mafia Française – Film N°2 – Les films à venir par Bruno Mercier

Share Button

Bruno Mercier vous propose dans ce film :
Le programme des films que vous allez pouvoir voir. Présentation par Bruno Mercier (Consultant International en Risk Management) qui a travaillé pour les services français de renseignements et qui avait infiltré un réseau de mafieux en Asie du Sud-est.

Suite ...

Ouest France Affaire Borrel: Le témoin-clé veut parler aux juges français

Share Button

Photo: Mohamed Alhoumekani, lors de son passage en France, à Lisieux, en 2010. | Archives Ouest-France.

Il est l’un des témoins clés dans l’affaire de la mort non élucidée de Bernard Borrel.

Suite ...

Sud Ouest Mort du juge Borrel : le témoin clé cible de coups de feu

Share Button

Le témoin-clé dans l’affaire du juge français Bernard Borrel, retrouvé mort à Djibouti en 1995, a été jeudi la cible de coups de feu au Yémen, deux jours après sa sortie de prison, a-t-on appris auprès de sa famille en Belgique.

Suite ...

Rue 89 Qui est le « témoin-clé » de l’affaire Borrel, arrêté au Yémen ?

Share Button
En 1995, le magistrat français Bernard Borrel est retrouvé mort, son corps en partie calciné, dans un ravin de Djibouti. D’abord interprété comme un suicide, puis comme un assassinat, son décès reste entouré de mystère depuis bientôt vingt ans. Il fait planer une tension persistante sur les relations entre la France et Djibouti.
(Photo: Bernard Borrel, sur une photo de famille diffusée par son épouse (Via AFP)
Elisabeth Borrel, le 18 mars 2009 à Paris (Audrey Cerdan/Rue89)

Régulièrement, sa veuve Elisabeth tente de rappeler aux autorités françaises qu’elle, au moins, n’a pas oublié ce dossier. La mort de son mari a des connotations politiques marquées, puisqu’il aurait pu être tué pour avoir enquêté de trop près sur le président djiboutien et ses proches. Une information judiciaire, conduite par la juge d’instruction Sophie Clément, est toujours en cours à Paris.

Suite ...

Belga / RTL 24 Aout: Arrestation au Yémen du témoin clé de l’affaire de l’assassinat du juge Borrel

Share Button

Titre original: Un opposant belgo-djiboutien arrêté au Yémen

Un opposant belgo-djiboutien, Mohamed Saleh Houssein connu également sous le nom de Mohamed Alhoumekani, a été arrêté samedi dans un hôtel à Sanaa au Yémen, a affirmé dimanche à l’agence Belga le président de l’Association Cultures et Progrès (ACP), Dimitri Verdonck, dont l’association suit la situation à Djibouti. L’information est reprise également sur le site Internet de l’Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti. Les Affaires étrangères belges ont confirmé à Belga avoir été informées de l’arrestation d’un Belgo-Djiboutien au Yémen, sans révéler son identité. Un consul honoraire au Yémen et l’ambassade belge à Riyad en Arabie saoudite ont été saisis du dossier. M. Verdonck craint une extradition rapide de l’opposant vers son pays d’origine.
Mohamed Saleh Alhoumekani avait témoigné dans l’affaire « Borrel », du nom du juge français assassiné à Djibouti en 1995. Officier dans la garde républicaine, il avait témoigné auprès des autorités judiciaires françaises, des faits dont il avait eu connaissance, à propos de l’assassinat à Djibouti du juge Bernard Borrel, en octobre 1995. Djibouti a conclu à un suicide mais l’enquête française menée à Paris par la juge Sophie Clément privilégie la thèse d’un assassinat. Des témoignages dont celui de Mohamed Saleh Alhoumekani, mettent directement en cause le président Ismaël Omar Guelleh et son entourage. Selon M. Verdonck, Mohamed Saleh Alhoumekani a été interpellé samedi à l’hôtel Hotel Move’n Pick à Sanaa. Un cousin de l’opposant a pu rencontrer ce dernier dimanche dans un local de la brigade criminelle. Il se trouvait « en slip et présentait des hématomes », d’après le président de l’ACP. « Nous avons été informés de cette arrestation par des membres de la famille. Nous vérifions l’information et examinons comment apporter une aide consulaire habituelle. Nous suivons le dossier de près », ont commenté les Affaires étrangères belges. Mohamed Saleh Alhoumekani, condamné par contumace à Djibouti pour dénonciations calomnieuses dans le cadre de l’affaire Borrel, avait fui son pays et sollicité l’asile en Belgique où il a obtenu la nationalité belge. (Belga)

Suite ...

Reportage 13ème Rue, Les Faits Karl Zero L’énigme du gouffre des démons, l’affaire Borrel

Share Button

Épisode 58

18 octobre 1995 : le juge français Bernard Borrel, en mission de coopération à Djibouti, est retrouvé mort au pied d’une falaise.

D’abord considérée comme un suicide, l’affaire est finalement requalifiée par la justice française comme un assassinat.

Suite ...

France 2 / France Info Gérard Longuet sur l’affaire Borrel : Non, l’armée ne savait pas

Share Button

La veuve du juge Borrel, assassiné en 1995 à Djibouti, affirme que l’armée et les dirigeants français de l’époque (notamment le président Chirac) étaient au courant. Elle s’appuie sur les déclarations d’un témoin, un soldat en poste en 95 à Djibouti : selon lui, l’armée française a bien été informée de l’assassinat du juge. L’actuel ministre de la Défense, Gérard Longuet, dément.

Suite ...

Le Nouvel Observateur Affaire Borrel : l’armée française informée du meurtre dès 1995 ?

Share Button

Un appelé affirme que l’armée a été informée par des écoutes de la police de Djibouti de l’assassinat du magistrat ; Gérard Longuet dément.

Suite ...

Rue89 Affaire Borrel : « Chirac a tout fait pour étouffer les choses »

Share Button

Libération révèle comment l’Elysée a fait pression pour imposer la thèse du suicide. Entretien avec la veuve du juge Borrel.

(Photo: La veuve Borrel le 18 mars à Paris (Audrey Cerdan/Rue89)
Quartorze ans bientôt que la justice cherche à savoir comment et pourquoi Bernard Borrel, magistrat détaché au service de la coopération française, est mort, dans la nuit du 18 au 19 octobre 1995, à Djibouti.

Trois dossiers judiciaires sont en cours : celui sur l’assassinat du juge (les expertises ayant prouvé l’impossibilité du suicide), celui sur une subornation de témoins (deux responsables djiboutiens ont été condamnés l’an dernier) et celui sur les pressions sur la justice.

Suite ...

Le Monde Affaire Borel : Djibouti tente de relancer la piste pédophile

Share Button

Douze ans après la mort du juge français Bernard Borrel, à Djibouti, le 19 octobre 1995, les autorités judiciaires djiboutiennes ont lancé une série de convocations, dans le cadre d’une affaire de pédophilie, à l’adresse de plusieurs Français en poste à l’époque dans le pays. Ces convocations font suite à une plainte déposée, le 10 avril, par deux Djiboutiens de 23 et 25 ans pour des agressions sexuelles dont ils auraient été victimes, dans les années 90, dans le cadre d’un réseau pédophile.

Suite ...