Archives pour la catégorie LES SOURCES

Pedopolis v2 référence les articles archivés selon 3 types de sources:

  1. « Les sources Mainstream », organismes médiatiques relayant généralement comme son nom l’indique en anglais  le « courant de pensée dominante », mais qui pourtant nous offrent parfois des perles de Vérité. Ces organismes appartiennent en général à d’autres organismes, qui eux même appartiennent à encore d’autres propriétaires, et ainsi de suite jusqu’aux pouvoirs dominants rééls.
  2. « Les sources alternatives », indépendantes de tout pouvoir et libres de leur expression. Ces sources interviennent généralement sur le web sous la forme de sites et de blogs.
  3. « Qui ose parler«  (et/ ou agir !), catégorie transversale issue de la première version de Pedopolis, elle référence toutes ces personnes courageuses qui osent évoquer les sujets tabous qui animent notre site, en se mettant souvent en danger professionellement, socialement, fiscalement, physiquement, etc. Ces personnages bénéficient de  notre respect pour leurs prises de positions assumées, et interviennent dans les 2 types de sources précédentes.

Vous pouvez par mail nous suggérer des sources qui ne sont pas répertoriées dans notre base de donnée.

Si certaines sources ont zéro articles répertoriés, c’est que le ou les articles n’ont pas encore été classés.

Le Parisien Enquête sur un réseau pédophile à Angers

Share Button

LE DRAME D’OUTREAU rappelle étrangement une autre affaire aujourd’hui entre les mains de la justice française et suisse. Le 15 novembre dernier, la cour d’assises du Maine-et-Loire a condamné respectivement à douze ans et à seize ans de prison Georges Liaigre et son ex-femme Marie-Pierre Collasseau, originaire de Jallais, près d’Angers, pour les viols entre 1984 et 1997 de leurs trois filles.

Suite ...

Libération «Des propos manifestement délirants»

Share Button

Pour Samir Tilikète, psychiatre au centre d’addictologie de Limeil-Brévannes, les déclarations de Karen Mulder dans VSD sont «des propos manifestement délirants qui relèvent du secret médical». «On n’a pas le droit de les publier, poursuit le praticien, c’est du people putassier, une démarche quasi pornographique. Et c’est irrespectueux de la personne humaine.» Et de préciser: «Il est impossible d’attribuer la moindre véracité à de tels propos. Ils ne sont ni vrais ni faux. Ce sont soit des constructions totalement inventées, soit nourries de faits réels, vécus par la personne ou empruntés à son entourage, ou bien lus ou vus à la télé. Ce n’est que lorsque l’état du patient s’améliore que le tri pourra intervenir au sein de la relation avec le médecin.» L’hospitalisation abusive de Karen Mulder? «Il s’agit là d’une projection fantasmatique d’une psychiatrie qui n’existe plus. L’hospitalisation à la demande d’un tiers (HDT), lorsque la personne peut être dangereuse pour elle-même et son entourage, est très codifiée. Elle est réévaluée à intervalles réguliers. Et le patient dispose à tout moment d’un recours devant une commission, s’il juge qu’il y a abus», rappelle ce psychiatre.

Suite ...

Libération / VSD Affaire Karen Mulder: «VSD» crée la polémique

Share Button

En janvier, le journal a publié l’interview confuse du top model.

«Le cri de détresse d’un grand top model.» Tel est le titre très accrocheur monté à la une par le journal VSD, dans son édition du 3 au 9 janvier. Le grand top model n’est autre que Karen Mulder, 33 ans, icône des années 90, très appréciée en France pour ses participations à la tournée des Enfoirés. Dans l’entretien qu’elle a accordé à l’hebdomadaire, le mannequin d’origine hollandaise égrène une litanie d’épisodes qu’elle aurait vécus. Tous plus douloureux les uns que les autres: abus sexuels pendant la petite enfance, viols répétés commis par son entourage et des personnalités du show-biz.

Suite ...

VSD n°1271 Le cri de détresse d’un grand top model

Share Button

Karen Mulder était l’ange des podiums. Aujourd’hui, certains voudraient la faire passer pour folle.

La star de la mode des années 90 avait tenu à nous recevoir après l’enregistrement de l’émission, non diffusée, d’Ardisson. Entre déprime et parano, elle décrit son milieu avec de poignants accents de vérité.

Suite ...

Fiche AFFAIRES OUTREAU

Share Button

Résumé & infos complémentaires

Suite ...

Technikart n°58 Docteur Justice

Share Button

Sur France 3, Pascale Justice enquête depuis plusieurs années sur les réseaux pédophiles. Un parcours du combattant qui dérange pas mal de monde.

Suite ...

Le Parisien Affaire Karen Mulder: ouverture d’une information judiciaire

Share Button

Titre d’origine: « L’affaire Karen Mulder »

UNE INFORMATION judiciaire contre X pour viols a été ouverte le 20 novembre par le parquet de Paris, suite à un dépôt de plainte de Karen Mulder, et confiée au juge d’instruction parisien Jean-Pierre Gaury. L’ex-mannequin, 31 ans, d’origine néerlandaise, avait effectué courant octobre une série de dépositions au commissariat de la 1 r e DPJ (direction de la police judiciaire) mettant en cause un membre de son entourage ainsi qu’un certain nombre de personnalités qui, selon elle, l’auraient agressée sexuellement.

Suite ...

L'Humanité Combien d’enfants disparaissent chaque année ?

Share Button
Robert Hue vient d’interpeller Marylise Lebranchu, Garde des Sceaux, en lui demandant le chiffre  » des disparitions annuelles de mineurs de moins de quinze ans en France métropolitaine, mais aussi dans les départements et les territoires d’outre-mer, pour les dix dernières années, en évoquant non pas les fugues mais les seuls cas d’enfants dont on n’a plus aucune nouvelle « . L’initiative du député du Val-d’Oise peut sembler étonnante, mais elle pointe une étonnante carence dans le domaine des statistiques : si le nombre de ces disparitions de mineurs existe, il n’est pas rendu public. Pourquoi cette opacité que l’on retrouve dans la plupart des pays de l’Union européenne ? Les seules données chiffrées que nous avons pu exhumer remontent à 1982 et font frémir : 2 232 mineurs de treize à seize ans et 78 enfants de moins de treize ans auraient disparu, en France, cette année-là, sans laisser de traces ! Quelles enquêtes ont été menées pour les retrouver ? On reste sidéré par le contraste qui existe entre la surmédiatisation de quelques cas de disparitions de mineur(e)s et la chape de plomb qui pèse sur ce phénomène massif, s’il est confirmé. Sans doute est-on loin des chiffres rendus publics au Mexique, en juillet dernier. Selon Jose Luis Santiago Vasconcelos, procureur général en charge du crime organisé à Mexico, 130 000 petits Mexicains ont disparu au cours des cinq dernières années. Il parle de réseaux de prostitution, d’industrie pédopornographique et de trafics d’organes. Jusqu’à quel point la France échappe-t-elle à ces trafics ? Peu après avoir révélé l’affaire du cédérom pédocriminel de Zandvoort (Hollande) en février 2000, par dizaines des parents ont contacté l’Humanité pour visionner le fichier établi à partir de ce cédérom. Un document conçu par la police néerlandaise, transmis à Interpol et pourtant inexploité par la police française. Parmi ces parents, une mère lyonnaise à la recherche de son fils, six ans, disparu à la sortie de l’école. Aucune enquête sérieuse n’avait été lancée car les policiers avaient décrété qu’il s’agissait d’une fugue. Avant de passer à l’Humanité pour visionner le fichier, cette mère avait fait un détour par la Brigade des mineurs pour d’éventuelles nouvelles.  » C’est une fugue ! « , lui a-t-on répété. Au bord des larmes, elle nous a confié :  » Mon fils a disparu il y a vingt-six ans et ils me répètent toujours la même chose. « Robert Hue justifie sa demande en ces termes :  » Plusieurs affaires en France, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Italie, en Russie et ailleurs ont mis en évidence l’existence de réseaux pédocriminels nationaux et transnationaux. Il est cependant difficile d’apprécier aujourd’hui l’ampleur du phénomène car nous ne disposons pas de chiffres et de données statistiques officiels dont la connaissance paraît pourtant indispensable à la recherche de solutions adaptées à cette criminalité d’une nature particulièrement abjecte. « 

Serge Garde

Suite ...

L'Humanité Angers: Derrière les bourreaux, un réseau

Share Button
La cour d’assise d’Angers a condamné à seize et douze ans de prison les parents proxénètes de leurs quatre filles.Seize ans de prison pour la mère tortionnaire, quarante-trois ans, incestueuse et proxénète de ses filles, douze ans pour le père, quarante et un ans, bourreau violeur de ses enfants. La cour d’assises d’Angers (Maine-et-Loire) n’a eu aucune indulgence pour le couple L., dont le sadisme a transformé l’enfance de leurs quatre filles en un enfer quotidien, pendant plus de onze ans : coups et blessures, humiliations, dénutrition, privation des soins les plus élémentaires, viols dès l’âge de cinq ans. L’horreur se lisait sur le visage des jurés tout au long des trois jours de ce procès, jugé en la seule présence des journalistes. Comment ces gamines ont-elles pu survivre, régulièrement battues, sommées de rester des dizaines d’heures debout mains sur la tête, jetées presque nues dans le jardin, la nuit en plein hiver ? Des enfants objets de la perversion de leurs parents, et des désirs des  » clients « . Au su de tout le village, près de Cholet. Plusieurs témoins confirment la rumeur selon laquelle les filles L.,  » on pouvait se les faire « . Et pourtant le martyr des enfants s’est éternisé de 1986 à 1997, sans qu’aucun signalement n’aboutisse. Procès étouffant. Le président Vermorel répète :  » Nous sommes là pour juger ceux-là et rien d’autre. « . Mais le couple L. paraît bien seul dans le box. Où sont les clients, violeurs de mineures de moins de quinze ans ? Claquement de talons, salut militaire, le gradé de la gendarmerie, H., soutient à la barre qu’il n’a rien vu et que Caroline (1), l’aînée des victimes, affabule. Caroline se lève :  » Il ment ! « . Le gendarme H. est accusé par Caroline d’être le protecteur du réseau de prostitution. Or c’est lui qui  » s’occupait  » de l’enquête. De tous les clients dénoncés par les victimes, seul l’un d’eux attend d’être jugé. En correctionnelle, car ses viols ont été décriminalisés. Caroline est l’une des enfants identifiés sur le cédérom pédosexuel trouvé à Zandvoort (Hollande), dont nous avions révélé l’existence. Elle y a reconnu cinq autres mineurs de la région. Quel est le lien entre le Maine-et-Loire et la Hollande ? Cela aurait dû être établi par la juge Ringot qui instruit l’affaire du cédérom, à Paris. Le procès d’Angers, prévu en 2000, a même été repoussé pour cette raison.  » J’ai écrit plusieurs fois au juge Ringot, mais elle n’a jamais répondu « , proteste Me Salquain, avocat de la mère. Pourquoi ce blocage ? Pourquoi l’instruction, à Angers, a-t-elle réduit le dossier à une affaire de parents maltraitants et de proxénétisme sans client ? Le verdict aurait pu être plus lourd si Caroline n’avait demandé l’indulgence du jury :  » Ce sont mes parents, je les aime.  » Pour Jean Claude Disses, l’avocat de Caroline,  » justice a été rendue aux victimes, mais l’essentiel, le réseau, n’a pas été jugé « . Fait significatif, l’avocat général Rudy a fait immédiatement appel, afin que le futur procès soit aussi celui du réseau.

Serge Garde

*L’identité de la victime a été modifiée.

Source: http://www.humanite.fr/node/255697

Suite ...

L'Express Qui veut la peau d’Elite?

Share Button

Depuis deux ans, un flot de rumeurs à scandale fait vaciller la célèbre agence de top models, n° 1 mondial. Ses dirigeants contre- attaquent. L’Express a mené l’enquête

Suite ...

France 2, Tout le monde en parle Karen Mulder fait des révélations explosives sur l’agence Elite et les viols qu’elle a subi

Share Button

Émission censurée

Suite ...

Livre / Serge Garde & Laurence Beneux Le Livre de la honte : Les réseaux pédophiles

Share Button

livre-de-la-honteAu printemps 2000, Serge Garde dans le journal L’Humanité, puis Laurence Beneux dans le Figaro et dans l’émission L.B sur Canal + révèlent l’existence du CD-Rom de Zandvoort contenant 8500 documents pédosexuels, et d’un fichier établi par la police hollandaise. Dans une Europe traumatisée par l’affaire Dutroux, ce CD-Rom devient en France un formidable révélateur de problèmes : pourquoi le déni actuel, comment lutter contre les réseaux, à l’époque d’Internet ? Un deuxième CD-Rom contenant des scènes de viols et de torture inouïe est transmis par les journalistes à la justice. Elle n’a rien fait. Dans leur conclusion, les auteurs annoncent qu’ils existent plus de 20 CD-Rom.

Suite ...