(50 Voices of Ritual Abuse) Carina | 50 voix de violence rituelle – Témoignage n°6 sur 50

Share Button

Carina (63 ans) a subi la violence rituelle dans différents endroits d’Allemagne entre l’âge de 0 et 20 ans. Les premiers flashbacks n’ont commencé qu’à 51 ans et l’ont ramenée dans des cages et des enclos.

50voices.org

Tous les témoignages en VF : https://pedopolis.com/category/les-sources/sources-alternatives/50voices-org/

Traduction Google de la retranscription :

Je suis née dans une famille de membres de la loge, tous mes ancêtres du côté de mon père. C’étaient tous de hauts officiers militaires, de la noblesse, en partie de la haute noblesse allemande. Par exemple, mon arrière-grand-père était un militaire très décoré sous l’empereur Guillaume II. Tous ses ancêtres étaient également des hauts gradés de l’armée, des représentants du gouvernement, cela remonte à loin. Nous avons un grand arbre généalogique, nous avons nos propres armoiries. Et du côté de sa mère, il y avait des liens très étroits avec l’armée américaine après la Seconde Guerre mondiale. Tout d’abord, la vie soi-disant tout à fait normale. Mais je me suis toujours senti d’une manière ou d’une autre comme un étranger ou différent des autres.

D’une manière ou d’une autre, je n’ai jamais été à ma place. Et puis il y a les souvenirs complètement disparus de mon enfance. Ma mémoire commence vers l’âge de douze ans, avant il n’y avait rien du tout, c’était un trou noir. Il n’y a pas d’anniversaire, pas de Noël, pas de premier jour d’école, pas d’amis, pas de jouets, pas de visages, pas de noms. Il n’y a qu’un trou noir. Puis j’ai eu ma première dépression physique à 51 ans, puis une dépression mentale, je ne pouvais plus travailler. Les problèmes physiques n’ont pas vraiment pu être détectés. Je me suis ensuite un peu reposé à un moment donné, et c’est à ce moment-là que les flashbacks ont commencé. Vraiment à l’improviste, la première fois, c’était en 2016. C’est à ce moment-là que j’ai eu un flash-back, et bien sûr, au début, je n’arrivais pas à y croire. Pas du tout. Je ne savais pas d’où ça venait. Je l’ai probablement supprimé pendant un certain temps. Mais ensuite ces flash-backs se sont produits de plus en plus souvent et de plus en plus violemment. Et puis, bien sûr, est arrivée l’expérience que lorsque vous en parlez aux gens, ils ne vous croient pas. Les gens ne vous croient pas du tout. Dans l’un des premiers flashbacks, il m’a été révélé, pourrais-je dire, que je m’étais confié un jour à mon professeur d’école primaire. Puis il s’est avéré qu’elle avait entamé une relation avec mon père et qu’elle était également impliquée dans la secte. Elle nous a ensuite suivis jusqu’à notre nouveau lieu de résidence, à environ 500 km de là, elle a donc déménagé avec nous, pour ainsi dire. Au cours des dernières années, j’ai essayé de trouver ce professeur. Je ne trouve rien sur elle. C’est comme si cette femme n’avait jamais existé, même pas auprès des autorités scolaires. Cependant, j’ai ses bulletins scolaires lisiblement signés. Ce qui est également important, ce que j’ai réalisé dans les premiers flashbacks, c’est que mon grand-père paternel et ma belle-grand-mère maternelle étaient également impliqués. Les deux lignées familiales étaient donc impliquées.

Ces flashbacks sont devenus de pire en pire. Cela me frappe, peu importe où je suis, ce que je fais. Une fois, cela m’est arrivé dans la cuisine alors que je hachais des oignons – j’ai eu un flash-back. Cela dure quelques secondes, ou peut-être une fraction de seconde. Je me retrouve simplement dans cette scène que j’ai vécue autrefois. Alors là, dans la cuisine, à un moment donné, je me suis retrouvé par terre. Dans les flashbacks, je vois des choses très différentes. Par exemple, des enfants très effrayés dans des cabanes en bois, dans des cages, enfermés dans une sorte de cave. Moi aussi dans une telle cabane, gelé, affamé, en partie négligé, sale, en partie couvert de sang. Certains enfants sont complètement apathiques, d’autres pleurent et crient de désespoir, d’autres gémissent intérieurement. Ensuite, j’assiste aux viols d’autres enfants, garçons comme filles. Différents âges, différentes localités, généralement par plusieurs hommes, mais il y a aussi des femmes activement impliquées. Et puis après un certain temps, il y a eu des flashbacks sur fond rituel. Par exemple, j’ai vu ou je me suis retrouvé dans une sorte de masse. Je ne peux l’appeler ainsi que parce que ce serait la chose la plus évidente qui me vienne à l’esprit. Je vois des gens vêtus de robes avec d’énormes capuches, pour la plupart noires. Des capuches qui couvrent tout le visage, tirées très loin au-dessus de la tête. Ils sont pour la plupart noirs, parfois de couleur rubis. Puis il y a des murmures, comme des prières, ou parfois comme des chants. Il y a presque toujours un autel en pierre avec des taches sombres. J’ai également assisté à des sacrifices rituels. Par exemple, une jeune fille était allongée sur cet autel, âgée peut-être de 12 ou 13 ans. Le cœur de cette fille a été arraché et a ensuite dû être mangé par les personnes présentes, c’est-à-dire les personnes en robe et certains enfants comme moi.

Dans ce flashback, j’avais environ 8 ans. Je ne peux pas encore en dire grand-chose. Dans les flashbacks, je vois des appartements, des maisons que je ne connais pas consciemment. En termes de mobilier et de style, ils vont du bourgeois au haut de gamme, parfois même plutôt luxueux. Il y a ce genre de soirées privées, c’est dans un cadre privé. Fêtes avec beaucoup d’adultes et beaucoup d’enfants. Et puis il y a ce genre de foires dans des lieux très vastes. Ça peut être des églises, ça peut être des caves voûtées, je ne peux pas encore vraiment définir ça. Par exemple, dans le flash-back de ces sacrifices dont j’ai parlé plus tôt : La fille qui a été sacrifiée a été espacée. Elle n’en était pas pleinement consciente, elle était déconnectée. Elle était toujours en vie, mais ne faisait que gémir doucement.

Même lorsqu’ils lui ont ouvert le ventre et lui ont infligé une douleur insensée, elle ne faisait que gémir. Pas de cris, donc elle a dû être anesthésiée. Je remarque des programmes qui sont activés par certains déclencheurs ou dans certaines situations, où c’est vraiment comme un programme en cours d’exécution. Je ne connais pas encore grand-chose à la programmation elle-même. Une chose que je n’ai remarquée que récemment, c’est Le Magicien d’Oz, le film. Je sais que je n’ai jamais vu ce film, mais je le connais toujours de fond en comble. Cela semble complètement stupide, mais c’est vrai, donc j’ai dû le voir. Ensuite, j’ai aussi remarqué quelque chose il y a quelque temps. Je suis tout sauf un fan d’opéra. Mon père était un grand fan d’opéra. Il connaissait par cœur tous les opéras populaires. Je connaissais le thème du Chœur des Prisonniers de Nabucco. Je l’avais écouté, c’est assez beau. Il y a quelque temps, j’ai regardé un film dans lequel l’air entier était joué – et je pouvais chanter. Je n’ai jamais vu l’opéra. Je ne l’ai jamais écouté complètement, à ma connaissance, dans ma vie consciente. Je sais que c’est assez stupide à expliquer, mais je pourrais chanter avec l’air. Je connaissais les mots, je connaissais chaque note et je ne l’ai jamais entendu consciemment. La pire expérience est un très, très mauvais flash-back dont je ne peux pas encore parler. J’ai eu du mal à l’écrire, à le mettre en mots. Cela m’a pris quelques jours. Je ne peux pas encore en parler, mais je ne peux pas encore le faire. Vous pouvez donc le lire maintenant.

Il y en a en fait beaucoup. Mais je veux me concentrer sur les choses les plus importantes. Tout d’abord, le terme « pédopornographie » doit disparaître, il faut absolument qu’il disparaisse. C’est toujours et sans exception une représentation de la violence contre les enfants. La pornographie est quelque chose que les adultes peuvent choisir eux-mêmes. Les enfants ne le peuvent pas. C’est toujours de l’abus et de la violence, donc cette expression innommable (la pédopornographie) doit disparaître. Il faut trouver un autre terme, comme violence sexuelle, mais pas pédopornographie. Il n’y a pas une telle chose. Et puis un message si quelqu’un est personnellement concerné : vous, là-bas, si vous êtes vous-même concerné, brisez votre silence si vous le pouvez d’une manière ou d’une autre. Et tous ceux qui ne sont pas impliqués, s’il vous plaît, ne fermez plus les yeux et le cœur. Croyez les gens qui vous disent ces choses. Nous n’inventons rien, pourquoi le devrions-nous ? Aussi, s’il vous plaît, ne nous laissez pas tomber lorsque nous vous disons quelque chose en tant qu’amis. Les amis sont si importants pour un environnement stable. Cela nous fait mal et nous traumatise de la pire façon possible lorsque la confiance que nous avons si soigneusement bâtie nous est retirée d’un seul coup. Merci.

Laisser un commentaire