Geoghan

Libération Etats-Unis: le père Geoghan tué en prison

Share Button

Le prêtre pédophile avait abusé d’une centaine d’enfants.

Washington

de notre correspondant

L’ancien prêtre pédophile John Geoghan, à l’origine du scandale qui secoue depuis l’automne dernier l’Eglise catholique américaine, a été tué samedi dans sa prison du Massachusetts. Agé de 68 ans, il a, selon les enquêteurs, été étranglé par un de ses codétenus, Joseph Druce, 31 ans. Ce dernier, un néonazi haïssant les Noirs, les juifs et les homosexuels, est incarcéré à vie pour avoir tué un homme de 51 ans, il y a quinze ans. Il sera poursuivi pour ce nouveau crime, mais son sort ne devrait pas énormément changer : le Massachusetts n’exécute plus personne depuis 1947.

Le meurtre a eu lieu dans la prison de haute sécurité flambant neuve Souza-Baranowski, à Lancaster. Comme en France, les violeurs d’enfants sont, dans les prisons américaines, traités différemment par leurs codétenus qui les haïssent. Mais dans la prison de Souza-Baranowski, les prisonniers sont censés être isolés et sous surveillance constante de gardes. «Je ne peux pas comprendre comment ils ont pu mettre un type susceptible de tuer un délinquant sexuel dans la même cellule qu’un délinquant sexuel», a déclaré le père de Joseph Druce, Dana Smiledge, au quotidien américain The Boston Globe. Une question qu’il n’est pas le seul à se poser, même si rien ne dit encore que le meurtre ait eu lieu dans une cellule.

Geoghan avait été reconnu coupable, en janvier 2002, d’avoir abusé d’un enfant de 10 ans dans une pis cine, onze ans plus tôt, et condamné à «neuf à dix ans» de prison. «C’est une issue vraiment sordide pour une histoire vraiment sordide», a constaté Luise Dittrich, de Voice of the Faithful, un groupe catholique de soutien aux victimes d’abus sexuels commis par le clergé. L’archevêché de Boston, hier, a «offert ses prières pour le repos de l’âme de John». Il y a un an, sa hiérarchie avait payé 10 millions de dollars pour mettre fin à la poursuite collective engagée par 86 victimes du père Geoghan. D’autres poursuites sont en cours. L’affaire avait conduit à la démission du cardinal Bernard Law, qui avait maintenu Geoghan dans la prêtrise et cherché à étouffer le scandale. Le prêtre a exercé pendant trente ans, dans six paroisses différentes . Environ 150 de ses victimes se sont manifestées.

Laisser un commentaire