Russia Today Les origines sado-maso de la Saint-Valentin

Share Button

Abby Martin revient sur les vraies origines de la fête de la Saint-Valentin du 14 février, fête des garçons et des filles amoureux, qui est devenue au fil du temps une parodie consumériste.

Tout ce qu’on sait de Valentinus, c’est que ce prêtre de Rome fut enterré le long de la Via Flaminia après avoir connu le martyre sous le règne de Claude II le Gothique.

Valentin célèbre des unions malgré l’interdiction des mariages édictée par l’empereur qui ne put lever des troupes en raison du manque de motivation des soldats mariés. On raconte que tous les mariages que Valentin bénit furent des unions heureuses, fécondes et durables.
Valentin est dénoncé et arrêté en 269.

Redoutant un bouleversement de la paix civile, l’empereur fit enfermer Valentin dans une cellule avant de le faire bâtonner puis décapiter sur la voie Flaminienne. Le corps de Valentin est inhumé par une pieuse matrone nommée Sabinilla, qui le dépose dans sa propriété.

« Les lupercales sont restées célèbres par leur licence. On les fêtait à Rome tous les ans, le 15 des calendes de mars (15 février), en l’honneur, d’après certains, du dieu Pan, protecteur des bergers et tueur des loups, et d’après d’autres, de la louve qui avait allaité Romulus et Remus. La première opinion est la plus plausible selon toute apparence, car les lupercales étaient d’origine pélasgique, et par conséquent bien antérieures à Romulus.

Il convient de remarquer que les Grecs avaient leurs fêtes lycéennes, appelées lycos (loup), en l’honneur de Pan (Satan), tout comme les Romains qui les ont surnommées lupus ou les lupercales.

Traduction: Zac Mermarian

Laisser un commentaire