Sud Ouest Condamné pour pédophilie, un professeur continuait à enseigner

Share Button

L’Education nationale a laissé un professeur enseigner alors qu’il avait  déjà été condamné pour l’agression sexuelle d’un mineur. Il a de nouveau été mis en examen

Un professeur de maths au collège Blaise Pascal de Villemoisson-sur-Orge, dans l’Essonne, a été mis en examen jeudi pour détention d’images pédopornographiques, et a été placé en détention provisoire.

« Dès lors que nous l’avons appris, il a été suspendu », a déclaré la ministre de l’Education, Najat Vallaud Belkacem. « A ce stade, rien ne permet de penser que ses élèves ont été victimes de ses agissements. »

« L’Education nationale est responsable »

Mais l’examen de son dossier a révélé « des faits d’une extrême gravité », a-t-elle ajouté : il avait déjà été condamné à 15 mois d’emprisonnement « par un tribunal britannique en 2006 pour relations sexuelles avec un enfant à partir d’une position de confiance et pour voyeurisme ». Condamnation versée à son dossier professionnel.

Une commission paritaire académique, réunie en mars 2007, « avait conclu à l’unanimité de ses 35 membres à l’absence de sanctions, ayant constaté que la ‘matérialité des faits’ reprochés était sujette à caution et que le doute devait lui profiter« , a précisé Najat Vallaud Belkacem. Elle qualifie d’ »insupportable » le fait qu’il ait été autorisé à continuer d’enseigner.

« L’Education nationale est responsable cette fois-ci puisqu’elle était informée. Elle n’aurait pas dû laisser ce monsieur continuer à exercer au contact d’enfants »

L’homme reconnaît les faits

Les enquêteurs sont remontés jusqu’au professeur après l’arrestation le 10 février « pour des faits distincts » d’un jeune homme à Corbeil-Essonnes. Il a remis à la police un téléphone portable sur lequel se trouvaient « plusieurs milliers d’images et de vidéos pédopornographiques » ainsi qu’ »un film vidéo » où l’on voit l’enseignant « en présence d’un mineur sur lequel il commet une agression sexuelle ».

Le suspect, un homme de 55 ans, a reconnu les faits en garde à vue, évoquant « des pulsions homosexuelles à tendances pédophiles ». Il serait marié et père de famille.

Laisser un commentaire