24h Actu La ministre Audrey Azoulay veut ouvrir le «porno et la violence esthétiques» aux mineurs

Share Button

A peine assise sur le trône de la sous-culture, Audrey Azoulay veut imposer la suppression de l’interdiction aux mineurs des films contenant des scènes de sexe explicite ou de très grande violence, au motif de leur «caractère esthétique». En cela, la nouvelle ministre ne fait que reprendre le flambeau de la flambeuse qu’elle a elle-même flambée, et se révèle en définitive manipulée par son propre ministère.

La «création artistique» a bon dos : «La lecture du rapport sur la classification des films remis et son accueil par le ministre de la Culture fait éclater au grand jour la volonté explicite du gouvernement de favoriser par la loi l’accès des mineurs à la violence et à la pornographie. Sous couvert de “création artistique”, et tout film se réclamera évidemment de cette création, il sera désormais possible de montrer n’importe quel contenu de sexe explicite aux mineurs», commente André Bonnet, de l’association «Promouvoir». Il s’agit bien là d’une dérive derrière laquelle l’action des lobbies est à peine voilée.

Reprenant le projet des mauvais conseillers de Fleur Pellerin, qui ont apparemment été maintenus dans leurs fonctions, Audrey Azoulay, veut modifier les critères sur lesquels repose l’interdiction des films aux moins de 18 ans : «Audrey Azoulay prétend s’appuyer sur les préconisations faites par Jean-François Mary, président de la commission de classification des  œuvres du Centre national du cinéma (CNC), dans un rapport qui lui avait été demandé par Fleur Pellerin. On prend les mêmes et on recommence, en réalité la ministre ne contrôle rien.

Dans son rapport, Jean-François Mary propose une nouvelle rédaction de l’article du code du cinéma. L’interdiction aux moins de 18 ans reposerait désormais sur la présence dans le film, «sans justification de caractère esthétique», de «scènes de sexe ou de grande violence» pouvant «troubler gravement la sensibilité des mineurs» ou «banaliser» la violence. La formulation est d’une telle hypocrisie, qu’elle révèle le sophisme filandreux de son auteur. Jusqu’où iront les vendeurs d’obscénités pour imposer leurs ordures à nos enfants ? Mais à ce niveau de débandade, il n’est pas exagéré de souligner la complicité du gouvernement.

Laisser un commentaire