(Blog Mediapart, Caprouille) Outreau – Franck Lavier : Grand Vainqueur du Pinocchio d’Or

Share Button

Au jeu du Pinocchio, nous avons mis en lice, une soixantaine de participants et les avons interrogés. Beaucoup se sont retrouvés en demi-finale lors d’un procès où ils disaient successivement : « Je n’en ai pas la souvenance ». Toutefois, après une lutte acharnée, un couple se dispute la finale. Lequel des deux va l’emporter ?

Le jeu est simple : les candidats doivent sans sourire nous raconter une énormité, un mensonge colossal.

A nous de vérifier si effectivement c’est une « pinocchiorie » ou non.

Est éliminé celui qui aura placé une escobarderie en souriant ou en hésitant.

La parole est à Franck Lavier :

« Quand j’ai rencontré Sandrine, j’étais déjà tombé amoureux de ses enfants, enfin, pas amoureux sexuellement, amoureux moralement. »

Notez qu’il a dit ça très sérieusement, sans rire ni sourire (ou presque).. Il est trop fort !

Petite vérification :

Déclaration de Thierry Delay le muet amnésique : « Ça se voyait qu’il n’aimait pas ses filles »

 

Déclaration d’Au** :

« Oui, j’ai été frappée par Franck Lavier et Thierry Delay. Ils m’ont frappée avec des coups de pied dans le derrière. Ils m’avaient allongée par terre et avait abaissé ma culotte. Ils m’ont frappée parce que j’avais réveillée ma petite sœur Cas*** qui dormait. Ils m’ont pris par les cheveux et m’ont claqué la tête dans une glace chez Thierry. Je saignais même du nez. Ils l’ont fait chacun à leur tour. Quelques fois Franck me frappait avec des coups de pieds dans le derrière et me donnait des claques. »

Question:Tu as parlé de films et de photographies, peux tu nous dire comment cela s’est passé ?

Réponse : Ils filmaient et on devait se regarder sur la télévision. Moi je cachais mon visage dans mes mains mais ils m’abaissaient les mains et ils me tournaient le visage../..Un coup, c’était moi et Amùùù qui devait filmer nos parents en train de faire l’amour…/.. Franck se balançait sur ma mère il avait montré son devant à la caméra .A près il a mis son, devant dans le derrière de ma mère. Après il a pris la caméra et a filmé les enfants tous nus. Une autre fois, ma mère filmait pendant que Thierry Delay mettait son devant dans mon derrière et que Franck mettait son devant dans le derrière d’Am**. Après ils nous ont porté pour voir notre devant à la caméra. Quand ils mettaient leur devant dans le derrière ça faisait mal. »

 

 

Déclaration d’Am** :

Question : « Est-ce que quelqu’un t’a fait du mal ?

Réponse : Oui, il y a Jean-Marc, mon papa, le tonton à Jonathan. Le copain à papa, il m’a fait mal aussi, il s’appelle David. Papa il m’a tiré les cheveux, il m’a arraché ma culotte. Quand j’ai fait pipi au lit il m’a tapé.

Question : Peux tu expliquer ce que ton papa t’as fait comme vilaines choses ?

Réponse : Papa m’a fait sucer sa quequête. Je ne voulais pas. Je criais. C’était pas bon. Papa me fait bobo à mon cul et à ma moule avec son doigt. Je pleurais. »

 

Continuons !

Au tour de Sandrine:

dessins lavier light par Jokebed777

 

Écoutons la :

« Ils nous envoient des courriers nous disant qu’ils veulent revenir../… Mon fils et ma fille sont révoltés.. Mon fils veut retourner parler au commissariat et dire le comment le pourquoi ils sont partis, rien de tout ça s’est passé, et ma fille, pareil, elle veut parler à la juge car ils en ont ras le bol et ils m’ont dit comme ça clairement que si ils revenaient pas ils fuguaient du foyer…/..parce qu’ils veulent pas que leurs parents fassent de la prison pour rien»

Les enfants auraient envoyé des lettres déchirantes accompagnée de beaux dessins remplis de cœurs pour leur redire tout leur amour et l’incompréhension de leur placement ».

De source sûre, nous savons que ce courrier est un faux ! Les enfants ne l’ont jamais rédigé ! Les enfants placés en 2011 n’ont jamais envoyé de dessins à leurs parents par lesquels ils auraient réclamés de rentrer à la maison.

Nous avons noté un petit sourire difficilement esquissé… Ah Sandrine perd une manche.

Allez, pour vous départager, une dernière ?

Au tour de Sandrine :

« Ma fille Am** n’a jamais été victime » (NDLR dans l’affaire d’Outreau) 

Déclaration faite après avoir juré de dire la vérité, toute la vérité, lors du procès Daniel Legrand à Rennes, 2015.

Là c’est un peu plus grave parce qu’elle nie sous serment une vérité judiciaire.

Un gros mensonge (parmi les autres débités ce jour-là) s’appelle un parjure.

Ses filles aînées ont bien été reconnues victimes, de viols, d’agressions sexuelles et de corruption de mineurs:

(Voir en bas du billet « Outreau: où sont les vrais menteurs? »)  et si les deux plus jeunes (Cas** et L***) n’ont pas été comptés parmi les victimes, c’est tout simplement parce qu’ils n’avaient pas l’âge pour répondre aux questions.

Là, vraiment, Sandrine, nous sommes épatés ! En prime, nous avons eu droit à ses larmes !

Un point pour Sandrine, le match est serré. On laisse Franck s’exprimer. J’avoue que pour faire plus fort que Sandrine sur ce coup-là, va falloir qu’il se concentre ou qu’il soit aidé. D’ailleurs, et ce n’est que mon humble avis, le scénario qui suit ne peut naître du cerveau d’un oligophrène. Les costumes sont donc de Roger Harth et les décors de Donald Cardwell.

Devant les caméras de Sept à Huit (reportage supprimé de la toile depuis), Franck nous fait visiter la belle maison qu’il a pu se payer avec une partie des indemnités perçues lors de son acquittement (une grosse partie a servi à payer les avocats).

Il nous montre les chambres d’enfants, magnifiques, remplies de jouets qu’il déballe sous le regard médusé du reporter. Il détaille une pile de jeux de société, achetés pour faire plaisir à leurs enfants, qui, selon lui, n’ont pas même pris le temps de jouer avec par mépris et ingratitude.

En réalité, suite au dépôt de plainte contre lui et son épouse, pour maltraitances, il a rafraîchit les chambres, ajouté du mobilier neuf et acheté ces jeux de société spécialement pour l’émission TV afin que tous gobent sa version, à savoir que les enfants vivaient dans un paradis mais qu’ils ont été manipulés par l’ancienne nounou qui les a montés contre leurs parents aimants et attentionnés. Dans sa précipitation, il n’a pas vu qu’il montrait aux caméras un jeu édité après la fugue des enfants !

(Quelques semaines à peine après ce reportage, Sandrine vendait les joujous des petits)

Le procureur Joubert nous donne un aspect différent des lieux :


Des caméras partout procureur Joubert LAVIER par Jokebed777
« Les chambres de ces deux enfants qui se sont enfuis étaient vraiment des mouroirs : il n’y avait même pas de lumière, il n’y avait pas de poignée pour sortir, et il y avait des caméras partout pour filmer des enfants qui arrivent presque à l’âge de la puberté. On peut se poser des questions sur des parents qui mettent des caméras partout… »

Tu es sacré champion, Roi des menteurs !

Bravo Franck ! Tu as bien mérité le Pinocchio d’Or !

 

 

Peut-être un jour, pourras tu t’offrir une conscience.

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Laisser un commentaire