(Le Figaro Madame) « Je n’ai jamais cru au suicide de ma tante » : Julien Kouchner évoque la mort de Marie-France Pisier en marge de l’affaire Duhamel

Share Button

Le frère aîné de Camille et «Victor» Kouchner a notamment évoqué dans les colonnes du Parisien, le dimanche 24 janvier, le décès de sa tante Marie-France Pisier, mais également le combat de cette dernière, qui fut déterminée à révéler au grand jour les agissements d’Olivier Duhamel.

Il a, en premier lieu, exprimé sa fierté vis-à-vis de sa petite sœur, Camille Kouchner, auteure de La Familia Grande (1). Mais également de son frère, «Victor» (le prénom a été changé), qui accuse leur beau-père Olivier Duhamel d’inceste. «Il a eu le courage de dire « oui » pour ce livre alors que ces révélations le replongent dans ce qui lui fait si mal», a confié Julien Kouchner dans les colonnes du Parisien, le dimanche 24 janvier. Le quinquagénaire a par ailleurs déploré que les agissements de son beau-père, compagnon de sa mère Évelyne Pisier, n’aient été rendus publics plus tôt. «Je ne me suis jamais tu, a-t-il indiqué. Et depuis 2008 ma tante, Marie-France Pisier, mon père, ma belle-mère, Christine Ockrent, et bien d’autres ont aussi raconté à ceux qui voulaient bien l’entendre. Et pourtant rien n’y faisait. J’ai vécu cela comme une injustice, un truc pourri.»

  « Toute cette histoire l’a tuée »

Julien Kouchner a justement évoqué le décès de sa tante Marie-France, en 2011. «Retrouvée morte, enserrée dans une chaise, au fond de sa piscine», peut-on lire dans La Familia Grande. Le frère de Camille Kouchner n’a, quant à lui, jamais cru à la thèse du suicide. «Je n’ai jamais cru que ma tante se soit suicidée, mais je ne sais pas comment elle est morte, a-t-il poursuivi. Ma seule certitude c’est que toute cette histoire l’a tuée.» Un événement qui, pensait-il, allait faire «éclater la vérité au grand jour». «Mais ce ne fut pas le cas, a-t-il expliqué. Comme le dit parfaitement ma sœur, à la fin, il ne restait plus que l’écriture.»

Laisser un commentaire