title-1619640342

(L'Est Républicain) Montbéliard, enfant de 9 ans violé à la Petite-Hollande : les jeunes du quartier font avouer le mis en cause

Share Button

Après avoir été corrigé, un jeune homme a été déposé devant le commissariat de Montbéliard dimanche soir. Soupçonné d’avoir abusé d’un petit garçon sous la menace d’un couteau, l’intéressé, un habitant du quartier de 25 ans, a été incarcéré mardi soir.

Dans le quartier de la Petite-Hollande à Montbéliard, l’histoire, particulièrement atroce, est dans presque toutes les conversations.

Tout débute vendredi après-midi. Il fait beau. Des enfants jouent à l’extérieur d’une des tours. L’un d’eux, âgé de 9 ans, est interpellé par un jeune homme qui lui demande de l’aide pour porter ses courses. Un stratagème pour attirer le petit garçon dans l’appartement familial, déserté à ce moment de la journée, la mère de famille étant partie à l’étranger.

Libéré dans un premier temps ?

Dans ce huis clos, l’homme âgé de 25 ans, visiblement alcoolisé se défendra-t-il par la suite pour tenter de minimiser ses actes, abuse du petit garçon. Et ce sous la menace d’un couteau. Il y aurait ainsi eu pénétration anale, après masturbation et tentative de fellation comme l’a révélé France Bleu Belfort-Montbéliard. Le père de la petite victime, alerté par son fils à son retour au domicile, appelle la police.

Le mis en cause aurait alors été placé en garde à vue, mais aurait nié, dans un premier temps et selon nos informations, toute mise en cause. Il aurait ainsi été remis en liberté le lendemain, mais du côté des enquêteurs comme de la justice, personne n’entend commenter un dossier particulièrement sensible qui, désormais, fait l’objet d’une ouverture d’information judiciaire.

Expédition punitive

En revanche, les témoignages recueillis par L’Est Républicain donnent une nouvelle dimension à cette terrible affaire. Puisque dimanche, un groupe de jeunes de quartier, accompagnés du père et de la victime, se présentent au domicile du jeune homme, un garçon sans emploi, connu dans le quartier, présenté comme « un peu paumé » et présentant des antécédents judiciaires tels des outrages notamment. Rien ne laissant, en tout cas, présager pareil passage à l’acte. Le petit garçon, visiblement apeuré, peine, alors qu’il est face à lui, à identifier formellement son agresseur. Mais reconnaît toutefois la casquette qui barrait son visage. Tout comme le chat dans l’appartement.

Comment ils le font avouer

Au vu du groupe composé d’une dizaine de personnes, de plus en plus pressant, l’agresseur présumé reconnaît les faits. Il est alors « corrigé ». Des violences auxquelles le père de la victime n’a d’ailleurs pas voulu participer. D’où les blessures que l’intéressé présentait au visage par la suite, en arrivant au commissariat dimanche soir. Où il fut déposé directement par les jeunes, qui l’ont ainsi contraint à se rendre et à avouer son crime à la police.

Au terme de sa garde à vue, le jeune homme a donc été présenté mardi soir devant le juge de la liberté et de la détention, au cours d’une audience à huis clos. Il a ensuite été placé en détention provisoire pour viol sur mineur de moins de 15 ans, tentative de viol et agression sexuelle. Il encourt vingt ans de prison.

Source :

Laisser un commentaire