(BFM) la garde à vue de Nicolas Jeanneté (chef des centristes) prolongée après la découverte d’images à caractère pédopornographique

Share Button

La garde à vue de Nicolas Jeanneté a été prolongée alors que des faits de détention d’images à caractère pédopornographique sont venus s’ajouter aux accusations de trafic de stupéfiants.

Une garde à vue prolongée. Nicolas Jeanneté, l’ex-membre du groupe « Changer Paris » au Conseil de la capitale avait été placé en garde à vue ce mardi dans le cadre d’une enquête préliminaire pour trafic de stupéfiants.

Sa garde à vue a été prolongée ce mercredi soir, a appris BFM Paris Île-de-France auprès du parquet de Paris, confirmant une information du Parisien.

L’exploitation de matériel informatique du conseiller de Paris a en effet révélé la présence d’images à caractère pédopornographique.

(Vidéo à voir sur l’article BFM)

Ainsi, la garde à vue, prise initialement du chef de trafic de stupéfiants, a été complétée des chefs de « détention d’images de mineurs présentant un caractère pornographique » et de « consultation habituelle d’un service de communication au public en ligne mettant à disposition l’image ou la représentation pornographique de mineurs ».
L’élu soupçonné de trafic de stupéfiants

L’élu est initialement soupçonné de trafic de stupéfiants, notamment d’avoir acheté et vendu des drogues de synthèse, appelé 3MMC, avait révélé Le Parisien. Il est également accusé d’avoir revendu ces drogues lors de soirées « chemsex », une pratique qui consiste à avoir des rapports sexuels tout en étant sous l’emprise de produits psychoactifs.

Nicolas Jeanneté alertait pourtant sur la dangerosité des drogues de synthèse en novembre dernier, alors même qu’il siégeait au Conseil de Paris.

Rachida Dati, présidente du groupe d’opposition « Changer Paris », a réagi ce mardi soir aux accusations dont l’élu fait l’objet sur Twitter. « Les révélations […], si elles sont vraies, correspondent à tout ce contre quoi je me suis toujours battue », déplore la maire du 7e arrondissement.

L’élue se dit « révoltée » et confirme l’exclusion de Nicolas Jeanneté du groupe politique. Elle apporte son soutien aux victimes et affirme qu’elle se placera « cette fois encore résolument [de leurs] côtés ».

Laisser un commentaire