Archives pour la catégorie () Affaire des témoins X

(Real Women Real Stories & MK-Polis) Témoignage d’Anneke Lucas : survivante du Réseau pédocriminel, élitiste et meurtrier Belge (et européen)

Share Button

Anneke Lucas est née en 1963. C’est une femme d’affaire belge, fondatrice du Liberation Prison Yoga (un organisme à but non lucratif fondé en 2014 visant à traiter par le yoga et la méditation les traumatismes physiques et psychologiques des personnes incarcérées).

Suite ...

(Klagemauer Tv) Chantage pédopornographique: La haute politique impliquée dans des sex-parties avec des enfants

Share Button

Bonsoir chers téléspectateurs. Le 13 août 1996 le violeur d’enfants et meurtrier belge Marc Dutroux était arrêté. Mais il n’a été inculpé comme auteur principal que sept ans et demi plus tard, même s’il y avait de nombreux indices qui montraient qu’il était impliqué dans un réseau pédophile.

Suite ...

Antiogre Connections entre l’extrême droite et l’international du sadisme

Share Button

Le trio néonazi

Commençons par la Bourgogne et plus précisément le département de la Nièvre. En juin 1990, une juge d’instruction parisienne sur la piste d’un réseau pédocriminel international faisait arrêter le prêtre de Saint-Léger-des-Vignes dans la Nièvre, le père Nicolas Glencross. Les forces de l’ordre découvraient alors dans son presbytère un véritable studio de photographie, ainsi que des sacs remplis de photos pédocriminelles destinées à des magazines pédophiles.

Suite ...

Extrait du livre "Silence is for perpetrators" La personnalité multiple de Régina Louf, Témoin X1 dans l’affaire Dutroux

Share Button

..X1 souffrait de tous les symptômes décrit ci-dessus, et plus encore. Elle dit combien d’états de personnalité ont toujours le même âge qu’à leur création, ou comment son écriture diffère selon l’alter qui est actif.
Comme cela est évident du fait de ses antécédents de violence extrême,
ces symptômes ont commencé à un âge précoce. Son proxénète n’a non
seulement pas été surpris quand il a rencontré pour la première fois les
états de personnalités de X1, en fait il les cultivait….

Suite ...

Youtube /!\ Les réseaux satano-pédophiles, par Gilbert Abas, ancien officier des RG

Share Button

1ère Partie:

 


1)
J’ai une question qui me vient à l’esprit: pourquoi un officier de police des RG en est arrivé à s’intéresser à la violence des sectes satanistes et à écrire un livre: « Qui veut encore tuer le Christ? »

Suite ...

Au-delà de l’affaire Dutroux: Les Dossiers X

Share Button

Livre / Régina Louf Silence on tue des Enfants !

Share Button

livre-silence-on-tue-des-enfantsLe témoignage de Regina Louf ne vous laissera pas indifférent. C’est normal : l’auteur n’a rien laissé dans l’ombre. Bien au contraire, elle prend tous les risques en écrivant, noir sur blanc, ce que fut son long calvaire de petite fille prostituée et martyrisée par des adultes pervers, aux mains d’un réseau dans l’ombre duquel pourrait bien se profiler Marc Dutroux.
Pendant des mois, c’est à la gendarmerie qu’elle a remis – en toute confiance – les lambeaux déchirés de ses souvenirs. Ce qu’elle y a gagné ? Rien, sauf le rejet de « bien-pensants » offusqués par les terribles vérités qu’elle révèle, mais encore davantage par les rumeurs que certains propagent.

Suite ...

Reportage France 3, Passé sous silence Témoin X1 : silence, on tue des enfants! (Régina Louf – Affaire Dutroux)

Share Button

Témoignage absolument poignant de Régina LOUF, auteur du livre : Silence on tue des enfants. En 1996 l’affaire Dutroux est rendu publique, Régina LOUF va reconnaitre Marc Dutroux étroitement lié à son ancienne vie…Nihoul, elle le reconnait aussi en le voyant sortir du palais de justice. « Marc Dutroux était un personnage secondaire et Nihoul était le chef. » dit elle…

Suite ...

La Dépêche du Midi Témoignage au bout de l’horreur

Share Button

Attention: documentaire coup de poing. Il y aura en bas et à droite de l’écran, un petit triangle sur fond orange. Cruelle ironie: ce sigle signifie « accord parental indispensable ». Et il sera question de ces parents ou de ces adultes qui abusent des enfants. Pire, qui les prennent pour objet de soumission et de torture…

Suite ...

L'Humanité Incroyable, donc faux ?

Share Button
Ce n’est pas la première fois que des adultes ou des mineurs affirment avoir participé ou assisté à des viols collectifs d’enfants qui s’achevaient par leur mise à mort. Aucune enquête digne de se nom n’a été menée pour vérifier le bien-fondé de ces déclarations, en fonction d’un dogme effarant : c’est incroyable, donc c’est de l’affabulation. Sans se demander, par exemple, comment des mineurs très jeunes pouvaient inventer des scènes (et pourquoi l’auraient-ils fait ?) qui ressemblent fort à ce que nous savons des messes noires. Voici quelques extraits de témoignages qui sont restés méprisés par la justice. Nous avons simplement changé les prénoms de ceux qui ont voulu briser le silence : Fabrice, cinq ans, évoque les cérémonies auxquelles son père l’emmenait :Question :  » Y avait-il d’autres enfants dans ces réunions ?  »  » Oui.  »  » Et quel âge avaient-ils ?  »  » Oh, je sais pas, moi. De deux jusqu’à quinze ans, parce qu’à quinze ans, ils les tuaient. Ah, j’ai oublié de dire cette partie. Un jour, ils m’avaient montré un enfant qui était mort, qui avait quinze ans, et il était dans un genre de truc que tu mets dans les cimetières, tu sais, ce genre de boîte que tu mets les gens dedans, tu fermes la boîte et tu les mets dans le cimetière.  »  » Et est-ce que tu connaissais cet enfant ?  »  » Non, mais après, ils m’ont dit quand tu auras quinze ans ce sera pareil pour toi.  »  » Est-ce qu’ils t’ont dit pourquoi ?  »  » Non, mais j’ai compris pourquoi. Parce qu’ils tuent chaque enfant juste qu’ils ont quinze ans, parce qu’après il y a un drôle de truc qui est ? ? ? ? ? ?.  »  » Combien d’adultes étaient dans ces réunions, à peu près ?  »  » · peu près, j’sais pas, moi. Y en a dans les quinzaine, vingtaine, douzaine ou onzaine. « …  » J’avais pas parlé (à ma mère) parce qu’ils avaient dit qu’ils allaient me tuer si je parle.  »  » Ça t’a fait peur, quand ils t’ont dit ça ?  »  » Oui. Et C. m’avait attaché pour que M. puisse me taper.  »  » Est-ce que M. t’a tapé ?  »  » Oui, et l’électricité aussi  »  » Où est-ce qu’il t’a tapé ?  »  » Sur la tête . »Malgré les nombreux certificats médicaux qui attestent des violences subies par Fabrice, un jugement imposera un droit de visite au père. Condamnée à de la prison ferme pour non-présentation d’enfant, la mère a fui avec son fils à l’étranger.

Autre affaire. Paul, douze ans, dénonce plusieurs membres de sa famille agissant au sein d’un groupe sectaire, de tendance sataniste :  » Ma marraine est entrée avec un bébé de quelques mois et elle l’a donné au grand-père. Le grand père a fait passer le bébé et il m’a donné un grand couteau avec des signes comme des lettres en bâton. Il m’a pris la main et il dirigea le couteau vers le bébé et on a tué le bébé. Il a récupéré le sang et nous l’avons bu un à un. Le grand-père m’a emmené dans l’ancienne maison de sa mère. Il a posé le bébé sur le lavabo en pierre et a repris le même couteau qu’il avait pris pour la cérémonie du sacrifice, il a récupéré une fois encore le sang et a commencé à découper l’enfant. ».

Suite ...