Archives pour la catégorie Rockefeller Family

(Steemit) Mystique Antique: l’Adrénochrome et ses liens avec le sacrifice Humain… Pedogate / Pizzagate / Pinkygate

Share Button

Suite à une conversation sur le Truth Channel sur PAL (https://discord.gg/tXVHxPR), avec @ r0nd0n et @ v4vapid, j’ai décidé de faire un post sur Adrenochrome. Et l’importance de cette substance, passée et présente et l’importance de son utilisation pour ces pédocriminels.

Suite ...

Exopolitics TV Jay Parker: Comment 30 Millions de satanistes américans maintiennent la planête dans le trouble

Share Button

Alfred Lambremont Webre & Jay Parker
VANCOUVER, B.C. – In this compelling indepth interview with Alfred Lambremont Webre, Jay Parker, who was born into a multi-generational Satanic/Illuminati family and received MONARCH trauma-based mind-control as a child, discusses (1) Satanic/Illuminati control of U.S. and world society and religions; (2) His personal life experiences being brought up in a Satanic/Illuminati family; and (3) Inter-dimensional (Luciferic/Satanic) or extraterrestrial forces that interact with/control the Satanic/Illuminati power structure.

Suite ...

(Journal of Orthomolecular Medicine, Vol. 5, no 1, 1990) L’Hypothèse Adrénochrome et la Psychiatrie (et la Schizophrénie)

Share Button

hdr4

A. Hoffer, MD Ph.D. et H. Osmond, MD

Publié pour la première fois dans Journal of Orthomolecular Medicine, Vol. 5, no 1, 1990

Traduction Google

Introduction

L’hypothèse adrénochrome de la schizophrénie (Hoffer, Osmond et Smythies, 1954), a été stimulée par les travaux d’Osmond et Smythies (1952) qui se sont concentrés sur les dérivés méthylés de l’adrénaline en tant que possibles schizophrénogènes en dogènes. Ils ont montré que l’expérience qui a suivi l’ingestion de la mescaline était à bien des égards similaire à l’expérience induite par la schizophrénie chez des personnes normales. Cela a attiré l’attention sur les dérivés de l’adrénaline (et de toutes les amines sym-pathomimétiques et de leurs précurseurs) comme facteurs étiologiques. Cependant, en 1952, très peu de ces composés avaient été étudiés. Avec nos ressources, nous avons été contraints de limiter nos études à un seul dérivé, l’adrénochrome, un dérivé oxydé et coloré de l’adrénaline. La chimie était si peu connue qu’il n’était pas surprenant que les chimistes aient conclu, à tort, qu’elle était intrinsèquement instable et difficile à étudier. Nous avons consacré une grande partie de nos recherches chimiques à cette substance intéressante. En conséquence, sous la direction du Dr R. Heacock (1959, 1965), un énorme corpus de données a été recueilli et publié détaillant la chimie de l’adrénochrome, sa synthèse, son métabolisme, sa conversion en d’autres produits et ses réactions avec des substances comme l’acide ascorbique.

Suite ...