Archives de catégorie : LSD

(Documentaire ICI Radio-Canada Télé S01E01) MK-ULTRA : La fin du silence

Share Button

Il y a 60 ans, un docteur américain financé par la CIA utilisait ses patientes et patients québécois comme cobayes. Les proches de ses victimes, qui ont vu leur vie brisée, entament aujourd’hui une poursuite contre le gouvernement canadien. Le documentaire MK-ULTRA : la fin du silence raconte un épisode honteux de la guerre froide qui s’est joué à Montréal et fait état des conséquences des expériences secrètes de lavage de cerveau menées à l’Institut Allan Memorial.

Suite ...

(Popcorn, L'histoire du jour) MK ULTRA : Comment la CIA a voulu contrôler l’humanité avec du LSD ?

Share Button

« Ce monde est cruel comme le projet MK-Ultra, plus secret qu’un agent secret, un agent qui ne l’sait pas. » disait Vald. Simon nous explique tout de ce projet fou que la CIA a mis en place dans les années 50.

Suite ...

(BFM) Gérard Louvin: deux hommes qui accusent le producteur et son mari de viols témoignent sur BFMTV

Share Button

Depuis la plainte du neveu de Gérard Louvin, une enquête a été ouverte contre le producteur et son époux, Daniel Moyne, pour « viols sur mineurs » et « complicité de viols sur mineurs ».

Suite ...

(Klagemauer Tv) Adrénochrome : le sang humain comme médicament et agent de rajeunissement

Share Button

Avertissement : Seulement à partir de 18 ans ! Attention ! Ce contenu n’est absolument pas adapté aux enfants, ni aux personnes sensibles.

https://youtu.be/FDGynz3rlhI

Suite ...

(Ouest France n°22684) MK ULTRA : La CIA a lavé des cerveaux au Canada

Share Button

 

Le projet pseudo-médical MK-Ultra, pendant la Guerre froide, refait surface à Montréal. Des victimes ont déposé plainte.

L’histoire

MK ULTRA  La CIA a lavé des cerveaux au CanadaDans les années 1950-1960, le projet MK-Ultra, projet de la puissante CIA américaine, cherchait à contrer les « avancées » soviétiques en matière de lavage de cerveaux. Injections de LSD, électrochocs … Tout ou presque a été administré à des milliers de cobayes, sous couvert de traitements expérimentaux, dans plus de 80 institutions en Amérique du nord. Au Canada, ces tests sadiques portent le nom de Montreal Experiment et se déroulaient à l’hôpital Royal-Victoria ou à l’institut Allan Memorial, de l’université McGill. Avec le feu vert et l’argent du gouvernement canadien de l’époque, aux bottes du grand frère américain. Après les révélations du New York Times, en 1974, la CIA a indemnisé 9 patients canadiens atteints de graves séquelles. Dans les années 1990, le Canada en a indemnisé soixante-dix-sept, sans reconnaitre de « responsabilité »

Suite ...

(Opnminded) Adrénochrome : La drogue Illuminati existe-elle vraiment ?

Share Button

Une drogue puissante et mystérieuse… ou pas !

L’Adrénochrome est un composé d’adrénaline qui a fait l’objet de plusieurs études dans les années 1950 et 1960 et plusieurs hypothèses sont nées à ce sujet. Certains pensent qu’il est issu d’un rituel satanique, d’autres parlent d’un composé pour schizophrènes qui procure des effets hallucinogènes hors norme, d’autres pensent qu’il est tout simplement issu d’une drogue fictive présente dans le film Las Vegas Parano. Et puis il y a le documentaire « Adrénochrome »  qui nous fait part de cette substance mystérieuse et de son utilisation chez la société secrète des Illuminatis

Suite ...

(Documentaire RTBF, Retour aux sources) Les cobayes de la CIA

Share Button

Les cobayes de la CIA est un film historique, accusateur, et documenté sur la face occulte de ce qui s’est passé dans les années 50, 60 et 70 aux Etats-Unis. Sous prétexte de recherches sur le cerveau humain, des dizaines de milliers de personnes vont servir de cobayes non volontaires et devenir des de laboratoires au service d’un programme de recherche top secret de la CIA. Ces cobayes étaient recrutés parmi les indigents, les déshérités, dans les prisons, les hôpitaux, les casernes et même les orphelinats. But de la manœuvre : effacer la mémoire, trouver un moyen pour faire avouer un ennemi, fabriquer une machine humaine prête à tuer contre son gré.

Suite ...

(Sean Hross) La Bête Suisse – Base du Diable

Share Button

(France 3, Agoravox) Cannibalisme : Béatrice Dalle raconte avoir dévoré l’oreille d’un cadavre !

Share Button

Invitée dans l’émission « Le Divan » de Marc-Olivier Fogiel, diffusée le mardi 2 février sur France 3, l’actrice Béatrice Dalle a fait une révélation très, très glauque. La comédienne a en effet confié que, sous acide, elle avait goûté dans sa jeunesse un morceau d’oreille découpé sur un cadavre dans une morgue.

Suite ...

(Reportage France 3) Un village empoisonné par la CIA ? Pont-Saint-Esprit 1951

Share Button

Déconseillé aux moins de 10 ans

Le 17 août 1951 à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, le village entier semble pris de folie, après ce qui ressemble à une banale intoxication collective. Pendant une semaine, les scènes surréalistes s’enchaînent, avec des habitants en proie au délire et à des hallucinations. A l’issue de cette semaine, on déplore cinq morts et 300 malades, dont une soixantaine internée dans des hôpitaux psychiatriques. En 2009, le journaliste américain Hank Albarelli assure dans un livre que le village aurait été victime d’une expérience sur les effets du LSD, menée conjointement par l’armée américaine et la CIA. Une théorie qui prend place aux côtés de l’empoisonnement par l’ergot de seigle ou les mycotoxines dans le catalogue des hypothèses.

Suite ...

(Reportage Histoire, Les énigmes de l'Histoire) Nom de code : Artichaut – Les expérimentations secrètes de la CIA sur l’Homme

Share Button

28 novembre 1953. Le docteur Frank Olson, un scientifique de l’armée, travaille sur des armes biologiques et meurt dans des circonstances suspectes.

Suite ...

(Journal of Orthomolecular Medicine, Vol. 5, no 1, 1990) L’Hypothèse Adrénochrome et la Psychiatrie (et la Schizophrénie)

Share Button

hdr4

A. Hoffer, MD Ph.D. et H. Osmond, MD

Publié pour la première fois dans Journal of Orthomolecular Medicine, Vol. 5, no 1, 1990

Traduction Google

Introduction

L’hypothèse adrénochrome de la schizophrénie (Hoffer, Osmond et Smythies, 1954), a été stimulée par les travaux d’Osmond et Smythies (1952) qui se sont concentrés sur les dérivés méthylés de l’adrénaline en tant que possibles schizophrénogènes en dogènes. Ils ont montré que l’expérience qui a suivi l’ingestion de la mescaline était à bien des égards similaire à l’expérience induite par la schizophrénie chez des personnes normales. Cela a attiré l’attention sur les dérivés de l’adrénaline (et de toutes les amines sym-pathomimétiques et de leurs précurseurs) comme facteurs étiologiques. Cependant, en 1952, très peu de ces composés avaient été étudiés. Avec nos ressources, nous avons été contraints de limiter nos études à un seul dérivé, l’adrénochrome, un dérivé oxydé et coloré de l’adrénaline. La chimie était si peu connue qu’il n’était pas surprenant que les chimistes aient conclu, à tort, qu’elle était intrinsèquement instable et difficile à étudier. Nous avons consacré une grande partie de nos recherches chimiques à cette substance intéressante. En conséquence, sous la direction du Dr R. Heacock (1959, 1965), un énorme corpus de données a été recueilli et publié détaillant la chimie de l’adrénochrome, sa synthèse, son métabolisme, sa conversion en d’autres produits et ses réactions avec des substances comme l’acide ascorbique.

Suite ...