Dailymail Pays de Galles : 84 suspects et 140 victimes présumées au sein de 18 foyers d’accueil

Share Button

L’un des plus grands scandales britanniques en matière de maltraitance sur mineurs pourrait se révéler encore plus vaste qu’on ne le pensait, c’est ce que la police a révélé hier.

Des dizaines d’anciens résidents de foyers pour enfants situés aux Pays de Galles ont fait part de leur vécu aux enquêteurs : des sévices épouvantables infligés par 84 employés dont la majorité n’a jamais été poursuivie en justice.

Dix ans plus tard, suite à une enquête publique ayant coûté 13 millions de £ et visant à découvrir l’étendue du scandale, hier, la police a révélé qu’elle disposait de nouvelles preuves «significatives» à propos d’abus «graves et systémiques».

La Ministre de l’Intérieur, Theresa May, avait ordonné une nouvelle enquête suite à des allégations, lancées par le biais de l’émission « Newsnight » de la BBC en Novembre dernier, à propos du déroulement de l’enquête publique initiale qui n’aurait pas menée sa mission à bien.

Le reportage de Newsnight désormais notoire avait conduit à des accusations de Lord McAlpine, à tort.(1)

Dans leur premier rapport d’enquête, les agents ayant passé au crible les récits des anciens pensionnaires des foyers ont révélé l’ampleur effroyable des violences présumées.

Les policiers ont déclaré que les agresseurs pensant depuis avoir échappé à la justice feraient mieux de surveiller leur arrière et de craindre une arrestation et des poursuites judiciaires.

Le rapport de la Commission Waterhouse rendu en 2000, avait entendu 650 témoins et avait conduit à la condamnation de 7 anciens travailleurs sociaux.

Ce rapport rédigé par l’ancien juge de la Haute Cour, Sir Ronald Waterhouse, avait conclu que les abus sexuel et autres maltraitances s’étaient déroulés principalement dans 6 foyers gérés par le Conseil et 2 foyers d’accueil privés, entre 1994 et 1990.

Cependant le surintendant-détective, Ian Mulcahey, qui dirige la nouvelle enquête (Opération Palléal), a révélé que :

– 140 anciens résidents ont déclaré avoir été physiquement et sexuellement abusés, 76 d’entre eux n’avaient jamais été entendu auparavant.

– 84 personnes (75 hommes et 9 femmes) seraient responsables de ses abus, ceci principalement en incitant les enfants à se prostituer (dés l’âge de 7 ans pour certains) au sein des foyers d’accueil.

– 16 d’entre eux ont été désignés comme agresseur par plus d’une personne, mais 10 sont censés être morts.

– Des abus ont été signalés dans 18 foyers d’accueil pour enfants, partout dans le Nord du Pays de Galles, entre 1963 et 1992 – une période bien plus longue que celle couverte par le rapport Waterhouse.

– 31 personnes travaillent à plein temps sur l’enquête qui a coûté jusqu’ici environ 573 000 £, payé par le Ministère de l’Intérieur.

L’enquête s’effectue également dans le cadre d’une révision de l’enquête initiale sur ordre de la Juge Macur. Beaucoup d’anciens pensionnaires issus des orphelinats, dont le fameux foyer « Bryn Estyn » près de Wrexham, ont longtemps soutenu que la Commission Waterhouse, en se focalisant sur les violences commises au sein des foyers, aurait écarté tout lien avec un réseau pédophile bien plus vaste.

Les agents travaillant dans le cadre de l’opération Pallial ont effectué une seule arrestation jusqu’ici. Un homme a été incarcéré à Ipswich la semaine dernière, puis libéré sous caution. D’autres arrestations sont à prévoir.

Traduction : Guilux

Note :

(1) : C’est inexact, la rumeur est parti de Tweeter, Messham n’a pas prononcé son nom dans l’émission non plus.

Reste à traduire (!!!) :

Among those who have given their accounts of being abused to the new inquiry is Keith Gregory, who was a Bryn Estyn resident from 1972-74 and is now a local councillor.

None of his alleged abusers were prosecuted, but he has given detectives the names of four he is prepared to testify against and predicted more ex-residents would now come forward.

Mr Gregory, 55, said: ‘I was worried it was going to be another whitewash after going through the Waterhouse Inquiry, so I’m very relieved.’

 

Laisser un commentaire