RT / JRE Malgré la protection policière, les manifestants pro-famille attaqués en Allemagne

Share Button

Titre d’origine: « Nos amis de Besorgte Eltern attaqués par les LGBT« 

Quelque 150 Hambourgeois protestant contre la sexualisation précoce dans les écoles allemandes se sont vu jeter des bouteilles, des pétards et des boules de neige par des contre-manifestants qui les ont attaqués à 4 contre 1.

Le groupe qui se fait appeler les « Parents concernés » (Besorgte Eltern) brandissait des pancartes « Laissez nos enfants tranquilles » et « Les maternelles ne sont pas des clubs échangistes ». Il était encadré par la police durant son parcours à travers le nord d’Hambourg.

Mais ces partisans de valeurs traditionnelles, et surtout religieuses, ont rapidement été envahis par une foule colorée composée de membres de minorités sexuelles, de gauchistes radicaux et d’anarchistes venue célébrer la diversité et la tolérance avec des drapeaux arc-en-ciel et des écriteaux peints à la main.

Alors que des échauffourées ont éclaté, plusieurs contre-manifestants, qui étaient les plus nombreux, ont tenté d’empêcher les parents de finir leur parcours entre la gare centrale et la mairie.

Un adolescent de 15 ans a subi des lacérations à la tête et au moins un contre-manifestant a été arrêté.

D’autres manifestations des « Parents concernés » s’étaient terminées par des incidents similaires, notamment l’une dans le sud du pays où on leur avait jeté des excréments. et six ans, un programme complet a été préparé pour les enfants de maternelle.

La nature et l’étendue de ces cours sont devenues des points d’achoppement. En 2013, une école maternelle de Kreuzberg, un quartier huppé de Berlin, a provoqué un scandale lorsqu’on a su qu’elle montrait le livre D’où viens-tu ? (“Wo kommst du her?”), un ouvrage exposant la vie intime de deux personnages fictifs, Lars et Lisa.

Le livre comportait des dessins de pénis en érection ainsi des explications comme « quand c’est trop bon et que ça ne peut pas être meilleur, Lisa et Lars ont un orgasme » ou encore « le vagin et le pénis se sentent bien, ça picote et c’est chaud ».

Dans les villes localement administrées par l’extrême gauche, les conservateurs religieux s’opposent également à l’enseignement auprès de jeunes enfants de cours sur l’homosexualité et le transgendérisme.

Laisser un commentaire