(50 voices of Ritual Abuse) Chantal Frei | 50 voix de violence rituelle – Témoignage n°2 sur 50

Share Button

Chantal Frei (52 ans) a subi la violence rituelle en Suisse (entre autres) entre l’âge de 3 et 49 ans. Dans cette vidéo, Chantal donne de l’espoir : « On peut s’en sortir ».

50voices.org

Tous les témoignages en VF : https://pedopolis.com/category/les-sources/sources-alternatives/50voices-org/

Traduction Google de la retranscription :

Dans mon cas, j’ai grandi dans une famille culte. Autrement dit, mes parents étaient des satanistes, tout comme mes grands-parents des deux côtés, ainsi que certaines autres personnes de ma famille. Et en plus, j’ai grandi dans un quartier avec une secte. On l’appelait « les adorateurs du soleil » et certaines personnes de cette secte faisaient également partie du culte. Et donc j’étais intégré dans ces cercles cultes. De cette secte, certains professeurs étaient aussi mes professeurs, et aussi les voisins étaient en partie dans cette secte. Je dis que j’avais une vie de jour et une vie de nuit. Le jour, j’avais une vie normale, comme beaucoup d’autres enfants, adolescents ou adultes. Enfant, j’allais à l’école normalement, tout à fait normalement, et plus tard j’ai aussi fait un apprentissage, je me suis mariée et j’ai fondé une famille…

Mais j’ai aussi eu une autre vie, une vie parallèle, et j’ai été emmenée à plusieurs reprises étant enfant, principalement par mon père culte, aux rituels sataniques, que nous célébrions ensuite. Cela a toujours été lié à des abus sexuels sur moi mais aussi sur d’autres enfants, à la torture. Nous étions enfermés dans des cages dans des caves jusqu’à ce que ce soit notre tour, selon le rituel. Il y avait aussi des rituels au cours desquels ces cultistes adoraient Satan et invoquaient également des esprits et des démons. Alors ils faisaient parfois des sacrifices à leur dieu, qu’ils appelaient Satan. Parfois sous la forme d’un enfant, d’un bébé ou d’un adulte. C’est à ce moment-là que j’ai eu ma première expérience du cannibalisme. La première fois – d’après mes souvenirs – j’avais environ neuf ou dix ans. Parce que, comme je l’ai dit, certains voisins étaient impliqués dans la secte, et l’un des voisins m’avait amené un jour chez une fille qui gisait morte dans son appartement. Je ne sais pas s’il l’a tuée ou non.

J’ai été invité à manger de la viande de cette fille morte. C’étaient donc des expériences… Puis, quand j’ai grandi, j’ai été vendu ou prêté à différents cercles, je ne sais pas trop comment ça s’est passé. En tout cas, je l’ai vécu non seulement dans les cercles familiaux ou de quartier, mais aussi à l’étranger. J’ai été transmis à différents réseaux aux structures mafieuses. J’étais aussi à l’étranger. Dans la plupart des cas, je devais servir sexuellement et, au cours de cela, je rencontrais aussi de temps en temps des personnalités. Cela s’est produit dans différents pays. Les gens qu’on voit encore aujourd’hui à la télévision ou en politique, c’était en fait monnaie courante… Il n’y avait tout simplement pas d’autre choix. Vous devez faire ce que disent les parents ou les agresseurs. L’autre choix est la mort. Soit on continue et on survit, soit on doit mourir. Vous ne voyez pas d’autre solution ou choix quand vous êtes enfant. Ensuite, très souvent, des drogues étaient utilisées pour vous rendre conforme. Je me souviens qu’on me donnait parfois un sirop sucré qui me rendait très léthargique et très fatigué. Parfois, il s’agissait aussi d’autres drogues, de sorte que je ne savais même pas où j’étais conduit, et je n’avais aucune idée de comment j’allais d’un point A à un point B. Dans de nombreux cas, pas tous, mais dans de nombreux cas. Cela s’est également produit grâce à des drogues qui vous ont préparé à cela. Parfois tu étais éveillé, parfois à moitié éveillé, parfois tu dormais.

Ils vous ont préparé à faire exactement ce qui était requis pour le programme ce jour-là. Ce qu’ils font également, c’est qu’à travers ces tortures et abus répétés, différentes personnalités divisées émergent. Et une partie de cela se produit spontanément, parce que la douleur est si intense que c’est comme si vous sortiez de votre corps et créiez une autre double personnalité, qui vous aide ensuite à survivre à cette situation. Les auteurs le savent. Et parfois, ils programment une double personnalité – ils la façonnent ou l’éduquent – peu importe comment vous voulez l’appeler. C’est la stratégie, je dirais, que les agresseurs utilisent pour obliger les enfants à se conformer. Il faut imaginer que ces personnalités divisées sont comme vingt personnes à l’intérieur d’une seule personne, mais ces personnes ne se connaissent pas. Ils ont des tâches différentes, des âges différents, peut-être même des cultures différentes, et puis vous êtes simplement soumis et c’est ainsi que vous êtes formé. La pire expérience, c’est un peu difficile à dire… parce que tout cela est complètement horrible. Mais ce que j’ai eu le plus de mal à gérer, c’est lorsqu’il s’agit d’émotions ou de connexions avec d’autres personnes. J’aimerais partager deux choses : l’une concernait une fille. Elle s’appelait Gabriela. Je ne sais pas si c’est son vrai nom mais c’est dit comme ça. J’ai rencontré cette fille dans la secte. Nous nous sommes un peu rapprochés et nous nous sommes réconfortés. La secte l’a également permis. Une petite connexion, une amitié, s’est développée entre moi et elle. Puis un jour, nous avons été chassés dans la forêt. Nous étions nus, nous avons été pourchassés, on nous a tiré dessus. Finalement, nous avons été arrêtés par un agresseur, une arme à feu a été mise dans ma main et j’ai dû tuer Gabriela. Il lui a fallu beaucoup de temps pour mourir. J’étais attaché à un arbre et j’ai dû la surveiller jusqu’à ce qu’elle meure. C’était tellement terrible parce que j’avais ces émotions, cette connexion avec Gabriela. Ils détruisent ça… J’ai aussi grandi avec des frères et sœurs dans cette famille culte. Et j’étais censé tuer une des sœurs. Mon père culte l’avait ordonné et je lui ai obéi. Ma sœur a été très, très grièvement blessée et sa vie était en danger. Elle a survécu, Dieu merci !

Mais c’est aussi très, très difficile à gérer. Et je dirais que c’est l’une de mes pires expériences. Oui absolument! Je veux faire appel aux gens ! Si quelqu’un vous raconte des choses aussi terribles, vous devriez écouter, regarder et prendre du temps pour ces personnes. Parce que ce qu’ils disent est vrai ! Même si cela semble presque impossible. Ces choses que nous avons vécues sont parfois inimaginables et c’est tellement difficile d’en parler. Mais nous avons besoin d’aide ! Les personnes touchées qui existent et qui n’ont pas encore échappé à ces sectes ont vraiment besoin de votre aide. Je voudrais faire appel à vous : s’il vous plaît, s’il vous plaît, écoutez, levez-vous, aidez-moi ! Aux personnes touchées qui se trouvent encore dans ces situations terribles et qui ne savent peut-être pas s’il y a une issue, s’il est possible de s’en sortir, je voudrais dire : oui, c’est possible ! Il est possible de s’en sortir. Si je l’ai fait, vous pouvez le faire. Il n’y a aucune raison pour que vous ne puissiez pas y arriver. Je l’ai fait avec l’aide de Dieu, j’ai pris Son aide et je l’ai fait. Et tu peux le faire aussi! Il y a de l’aide disponible, il y a des gens qui vont vous aider. Le pouvoir est en vous !

Laisser un commentaire