Égalité & Réconciliation Pédophilie, perversion, clichés racistes : Mon copain Rachid, synthèse de la gauche libertaire

Share Button

Mon copain Rachid est un court métrage réalisé par Philippe Barassat en 1997. Mettant en scène deux jeunes garçons, un Arabe et un Blanc, dont l’un « a une grosse bite » (sic) et l’autre ne cesse de vouloir la regarder et la toucher, l’histoire oscille entre pédophilie, prostitution, voyeurisme… et clichés racistes explicites. Particularité : Frédéric Mitterrand et Yves Saint-Laurent ont participe à l’élaboration de cette « œuvre ».

http://www.dailymotion.com/video/xash5v_mon-copain-rachid-integral_news#from=embediframe

En guise de prologue, le court métrage propose une lecture de Camus par Frédéric Mitterrand. Après que le film a fait scandale, celui-ci a cependant nié l’avoir vu :

lepoint.fr : Vous êtes un admirateur de Frédéric Mitterrand. Comment s’est passée votre collaboration avec lui ?

Philippe Barassat : Oui, j’aime beaucoup sa voix. Je lui ai donc écrit afin qu’il joue dans mon film. Je lui ai envoyé mon scénario. Et il a accepté de jouer bénévolement, comme la plupart des acteurs du reste. À l’origine, il devait jouer un professeur dans une classe. Faute de moyens, nous n’avons pas pu tourner cette scène. À la place, il a lu un texte de Camus dans une pièce un peu abstraite avec une affiche du film La Vie est belle au-dessus de lui. J’ai situé ce plan en prologue du film.

Ses services assurent qu’il n’a pas vu le film. Est-ce plausible ?

Je lui ai envoyé plusieurs DVD à la sortie du film. On s’est revus plusieurs années plus tard alors qu’il était président de la commission d’avances sur recettes au CNC. À l’époque, j’étais lecteur au CNC. On en a discuté. Il m’a semblé qu’il l’avait vu. Et je constate d’ailleurs que le film figure dans son CV officiel. En outre, le film a reçu un accueil critique très favorable dans Libération, Le Monde , Les Inrocks … Il a circulé dans tous les festivals du monde. Il a reçu le Prix de la qualité du CNC et a même été primé à New York.

(Source)

Quant à Yves Saint-Laurent, auteur de La Vilaine Lulu, il figure au générique, sous la mention « avec la participation de ». À noter que Gaspar Noé et François Ozon sont mentionnés, eux, dans la partie « remerciements ».

 

Source: http://www.egaliteetreconciliation.fr/Pedophilie-perversion-cliches-racistes-Mon-copain-Rachid-synthese-de-la-gauche-libertaire-23161.html

Laisser un commentaire