Dissolution du CNOM : «La nocivité de l’Ordre des médecins devient un problème de santé publique» #AgressionsSexuelles #AffaireLeScouarnec

(RT France) Dissolution du CNOM : «La nocivité de l’Ordre des médecins devient un problème de santé publique» #AgressionsSexuelles #AffaireLeScouarnec #Corruption

Vingt-six syndicats de médecins et associations de patients réclament la dissolution du Conseil national de l’ordre des médecins, qui selon eux «protège des professionnels de santé corrompus et maltraitants». Bernard Coadou, secrétaire général de l’association MIOP et signataire de cette tribune, revient sur cette demande.

Vingt-six syndicats de médecins et associations de patients réclament la dissolution du Conseil national de l’ordre des médecins, qui selon eux «protège des professionnels de santé corrompus et maltraitants». Dans une tribune publiée en ligne le 9 mars, plusieurs syndicats de médecins et associations de patients demandent la dissolution du Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM), qui selon eux «protège des professionnels de santé corrompus et maltraitants». L’instance déontologique des médecins français – qui avait en décembre dernier porté plainte contre six médecins, dont le professeur Didier Raoult – est «inutile» et «nocive», jugent ces 26 organisations, en s’appuyant notamment sur le rapport «accablant» publié par la Cour des comptes en décembre 2019. Celui-ci mettait en exergue des sanctions trop tardives contre des faits d’agressions sexuelles, une gouvernance peu représentative et des comptes «souvent incomplets et insincères».

 

  «Cette institution protège des professionnels de santé corrompus et maltraitants, tout en maltraitant des usagers du système de soins et des professionnels qui tentent de respecter leur éthique professionnelle», argumentent le communiqué.  

 

«Une aberration démocratique» qui ne serait «pas réformable» Plusieurs plaintes auprès de l’Ordre à l’encontre de l’ex-chirurgien Joël Le Scouarnec, condamné en décembre 2020 pour viols et agressions sexuelles sur mineurs, ont par exemple été «classées», tandis que certains médecins se voient «convoqués et rappelés à l’ordre pour non-confraternité» pour avoir critiqué la pratique des dépassements d’honoraires sur les réseaux sociaux, a expliqué à l’AFP Guillaume Getz, membre du Syndicat de la médecine générale (SMG), l’une des organisations à l’origine de la tribune. Alors que la Cour des comptes appelle à moderniser le fonctionnement du CNOM, cette institution n’est «pas réformable», juge ce médecin, qui y voit «une aberration démocratique», «une organisation paternaliste de type “Ancien Régime”», puisque tous les médecins en exercice sont tenus d’y adhérer. La tribune est signée par plusieurs organisations de professionnels de santé (SMG, Syndicat national des jeunes médecins généralistes, Mouvement d’insoumission aux ordres professionnels, Union fédérale des médecins-CGT, Globule noir (qui se présente comme un groupe de soignants «racisés»), mais également par de nombreuses associations féministes et de patients (Stop violences obstétricales et gynécologiques, Collectif national des droits des femmes, CLE Autistes…) Lorsque des femmes «exposées aux violences médicales» se tournent «vers le recours le plus évident pour dénoncer les abus dont nous sommes victimes : l’Ordre des médecins [...] bien trop souvent, on se heurte à un mur et les chances de voir une plainte aboutir sont bien minces. [...] L’Ordre faillit à sa mission de protéger les patientes et patients», plaide sur son site internet l’association de patientes atteintes d’endométriose ANCRés – A nos corps résistants, pour expliquer pourquoi elle s’associe à cette tribune.

Laisser un commentaire